Vie de Couple

Coucou,

Je voudrais aborder ici le sujet délicat de la vie de couple quand on est transgenre (j’aime pas le mot travestie), je sais aussi que ce sujet a déjà été abordé, je ne vais donc, ici, apporter que ma vision du sujet en restant le plus neutre possible.

66Il y a, me direz vous, une solution facile qui est de ne pas se mettre en couple… mais sur ce point je ne suis pas d’accord.
L’être humain, peu importe le genre, la sexualité ou son sexe biologique est fait pour vivre au coté de quelqu’un.
Car même si il y a des coups de gueule, même si il y a des désaccords, même si il y a rupture, un couple, un vrai surmonte tous les obstacle qui se dresse sur son chemin.
Et finalement quand on regarde en arrière ce n’est pas les problèmes que l’on retient mais surtout comment on s’en est sorti et les instants de bonheurs partagés.
… Si non c’est que vous n’êtes pas avec la bonne personne, mais rassurez vous, vous finirez bien par la trouver 😉

Maintenant que la question du célibat est close (en tout cas pour moi), passons au sujet principale le couple.
Je vais m’attarder sur la partie hétérosexuel (homme transgenre qui vie avec une femme « bio »), car c’est cette partie que je connais le mieux.

Je pense qu’il y a deux cas de figure:
(1) On avoue/annonce de suite qui nous sommes réellement (ok encore il faut en avoir conscience à ce moment là ..)
(2) On fait notre aveu après un certain temps de vie commune ou Madame le découvre par elle même…

(1) On avoue/annonce de suite qui nous sommes réellement

Je pense que c’est la meilleur option car il n’y a pas de mensonge qui s’installe au sein du couple. Il peut donc partir sur de bonnes bases.
Mais il y a toujours la possibilité, me direz vous, que finalement votre compagne, ne supporte plus cette part de féminité au bout d’un certain temps, car ce n’est pas ce à quoi elle s’attendait, ou qu’elle se sente, de plus en plus, en compétition avec votre coté féminin… A vous de bien lui amener la chose et de maintenir le bon équilibre (mais je vais y revenir).
Dans tous les cas, elle sera dès le début au courant de cette facette vous concernant et saura en connaissance de cause qu’il va falloir faire de la place pour votre double penderie ;).

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

(2) On fait notre aveu après un certain temps de vie commune ou Madame le découvre par elle même…

130C’est le pire cas de figure (et le mien, par la même occasion), car là on ne sais pas vers quoi on va… La seule chose dont on est sûr c’est qu’il faut qu’elle sache !
Le résultat de l’annonce peut être un vrai drame, mitigé ou un vrai moment de bonheur. Ce qui est sûr c’est que c’est une délivrance.
Après il faut gérer au mieux en fonction de la réaction, je pense que, pour que ça passe, il faut beaucoup discuter. Dire ce que l’on ressent, ce qui nous plait dans le fait de se travestir, pourquoi on fait cela (si on en a conscience…), expliquer que vous n’êtes pas en train de « virer de bord » (si c’est votre cas, là, ça se complique encore un peu plus…), lui dire (et là je me permets d’emprunter une phrase d’Emilie) que vous ne voulez pas être « le travelo du bois de Boulogne » mais que vous souhaitez juste laisser s’exprimer cette part de féminité qui a toujours sommeillée en vous.
Bref, il faut jouer la transparence au maximum afin que notre compagne puisse mieux nous comprendre et intégrer cette nouvelle (pour elle) facette de notre personnalité.
L’éducation joue beaucoup dans la réaction et l’acceptation, ainsi que le cadre social dans lequel elle a évolué durant son enfance.
Je pense que dans 70 % des cas, l’annonce peut se solder par une acceptation. Attention, je n’ai pas dit compréhension, mais acceptation. Les femme acceptent énormément de choses par amour.
Après la vie quotidienne peut être différente selon les personnes: une absolue négation de se « trangenderiser » (emprunter à l’anglais, se travestir en somme) en sa présence; le changement de tenues accepté, mais que très occasionnellement, en sa présence (ou pas) ou pour finir une total liberté de la tenue vestimentaire (c’est mon cas).
Pour les 30 % restant je ne peux qu’être désolé pour vous, mais c’est malheureusement la triste réalité. Si je peux vous donner un conseil, même si je sais que ça peut aider certaines personnes, les thérapies pour savoir si on est « malade » mentalement, pour redevenir un homme « normal » ou je ne sais quel autre bêtise encore… laissez tomber.
Travestie / Transgenre / Transexuel(le), ne sont ni des insultes ni des maladies. Juste des mots pour mettre une catégorie de personne dans des cases. Donc si le dialogue est rompu et que le résultat de votre annonce est la séparation, je pense qu’il faut se dire que ce n’était finalement pas la bonne personne (je sais c’est plus facile à dire qu’à faire ou plutôt à penser !).

Après, il y a la vie de tous les jours, dans laquelle il faut savoir faire la part des choses, car je pense que rares sont les compagnes qui vont accepter que vous soyez en nana « full time ».
Il faut, donc, penser à ne pas trop laisser envahir notre féminité au sein du couple, et la laisser en tant que composante et non en tant que pièce maitresse. Je sais, que là aussi, c’est plus facile à dire qu’à faire (ça me concerne aussi, par passade), mais rassurez vous elles ne manqueront pas de vous rappeler à l’ordre.

Il y a aussi le coté implication, car acceptation et implication ne sont pas forcément liées.
En effet, certes madame vous laisse vous vêtir à votre guise, elle vous laisse sortir comme ça vous chante (déjà vous pouvez vous estimer heureux(se)), mais cela ne veux pas dire qu’elle va vous accompagner dans vos sorties, vous conseiller sur votre maquillage, ou vous donner ses petites astuces de filles.
Là aussi, il n’y a pas de remède miracle, il faut discuter et lui faire comprendre que si elle apprécie qu’on lui dise qu’elle est belle, que sa nouvelle coupe/couleur lui va bien, ou que cette robe lui va mieux que celle là …. ba nous aussi, on aimerait bien qu’elle nous donne son avis, on est pas de vrai nanas, mais on aimerait bien un petit conseil de temps à autre.
Mais comme disent les vieux adages, il faut laisser le temps faire son travail et la routine prendre sa place, afin que vos tenues « girly » soient du pareil au même que votre jeans moulant (qui met vos fesses en valeurs) et votre super chemise cintrée (qui vous rend trop beau gosse), aux yeux de vos dames :p.

Pour finir, si elle le découvre par elle même en tombant par hasard sur un string oublié (par exemple), je pense que la première chose est de la rassurer sur le fait qu’il n’y a pas d’autre(s) femme(s) (ce qui n’est pas complètement vrai au sens large du terme) et que ce bout de tissus vous appartient. Une fois ce point de vu éclairci et accepté, vous vous retrouverez au même niveau que si vous lui aviez annoncé après un certain temps de vie commune.

Je vais conclure en disant que vivre heureux au seins d’un couple, ce n’est pas vivre caché dans le dos de l’autre.
Qu’il ne faut pas croire que nos petites femmes sont dupes, car je suis sûr que pour certaines d’entre elles, elles se doutent déjà de quelque chose, même si elles s’y refusent inconsciemment (c’est ce que la mienne m’a avoué quelques temps après lui avoir annoncé). Qu’il faut lui parler de cette partie de vous, car si elle vous aime, elles finira par vous comprendre.
N’ayez pas honte, dans un couple il faut tout se dire, même si celà est difficile, vous n’en sortirez que plus fort.

Etre transgenre et avoir une vie de couple, ce n’est pas qu’un conte pour enfant, c’est possible !
Emilie, Amandyne, moi même et pleins d’autres, le vivont au quotidien, alors pourquoi pas vous 😉

Taggé , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *